bandeau Aconit

Accueil > Publication


Pour nous Ă©crire :





© 2002-2014 - Aconit


Google

Le roman de l’universitĂ© - Grenoble 1339-2016


Que serait la ville de Grenoble sans son universitĂ© ? C’est aujourd’hui l’une des dix plus importantes en France : la cinquième en nombre d’Ă©tudiants (65 000). Elle est labellisĂ©e initiative d’excellence (IDEX) depuis 2016. Mais connaĂ®t-on bien son histoire ? Comment en est-elle arrivĂ©e Ă  ce statut d’universitĂ© d’excellence ?


Sur les bases d’un travail historique, de la consultation d’archives et documents d’Ă©poque et de nombreuses interviews, RenĂ© Favier, professeur Ă©mĂ©rite d’histoire Ă  l’universitĂ© Grenoble-Alpes, remonte le temps pour conter l’histoire de son universitĂ© depuis sa crĂ©ation (en 1339 par une bulle pontificale) jusqu’Ă  nos jours.
Des rebondissements multiples et Ă©tonnants Ă©maillent cette aventure singulière : lutte rĂ©gionale pour la maĂ®trise des diplĂ´mes, rivalitĂ©s entre professeurs, rĂ©sistances au changement, mais aussi gĂ©nie et clairvoyance de grands chercheurs qui ont construit pierre après pierre ce qui fait la rĂ©putation d’excellence de l’universitĂ©, et au-delĂ , de la ville de Grenoble.
Concernant l’informatique, science toute rĂ©cente, l’auteur cite le bâtiment IMAG (page 289) comme un « lieu de mĂ©moire », grâce Ă  l’exposition d’ordinateurs anciens d’ACONIT.

Table des matières

CHAPITRE 1. Aux origines de l’universitĂ© de Grenoble.
Une université en pointillé.
Humbert II et la crĂ©ation de l’universitĂ© de Grenoble (1339).
RecrĂ©ation et suppression de l’universitĂ© de Grenoble (1542-1565).
RĂ©tablir l’universitĂ© de Grenoble au XVIIIe siècle ? .
Une singularitĂ© : une ville de parlement sans universitĂ© aux XVIIe et XVIIIe siècles
Les bonnes raisons d’un transfert .
Les raisons d’un Ă©chec .
Une solution alternative : l’essor de cours privĂ©.

CHAPITRE 2. Le temps des facultés .
La restauration de l’enseignement universitaire .
Le cadre réglementaire .
L’Ă©cole de droit de Grenoble .
L’UniversitĂ© impĂ©riale et les facultĂ©s grenobloises
Menace sur les facultés .
Enseigner dans les facultés grenobloises au XIXe siècle .
Les locaux de l’universitĂ© .
Les facultĂ©s face Ă  leurs obligations d’enseignement .
Et la recherche .
La IIIe RĂ©publique et la recrĂ©ation de l’universitĂ© de Grenoble .
Un profond renouvellement de l’activitĂ© pĂ©dagogique et scientifique .
Nouveaux locaux : palais des FacultĂ©s et Ă©cole de mĂ©decine.
« Grenoble sera-t-il toujours malheureux parce qu’il est son voisin ? » .
La re-crĂ©ation de l’universitĂ© de Grenoble (1896) .

CHAPITRE 3. Université et territoire
Innover Ă  l’universitĂ© de Grenoble (fin XIXe - dĂ©but XXe siècle)
Promouvoir et soutenir l’universitĂ©.
La faculté de droit .
La faculté des lettres .
La faculté des sciences .
L’Ă©cole prĂ©paratoire de mĂ©decine et de pharmacie .
Explosion des effectifs et dispersion spatiale .
De nouveaux Ă©tudiants .
La dispersion spatiale .
Les universitaires dans la cité .
Un tout petit monde .
Les universitaires et les enjeux Ă©conomiques et sociaux .
CommĂ©morer l’universitĂ© .

CHAPITRE 4. « Les vingt-cinq glorieuses »
Le dĂ©veloppement d’un pĂ´le de recherche scientifique .
Un écosystème grenoblois .
Louis NĂ©el et l’essor de la physique Ă  Grenoble (1945-1955)
L’installation du CENG Ă  Grenoble (1955-1958) .
Au-delĂ  de la physique .
Vers une université de masse .
Mutations facultaires et enseignements nouveaux
Une nouvelle facultĂ© : mĂ©decine et pharmacie .
L’ouverture vers de nouveaux publics .
Louis Weil et la création du campus .
Tensions sur les bâtiments .
Les premières réalisations .
1968 et la partition universitaire .
1968 : un printemps Ă  Grenoble .
Facultés et écoles face aux évènements de mai .
Un nouveau paysage universitaire .

CHAPITRE 5. Construire des universités nouvelles .
Les universités dans la tourmente .
Après 1968, des printemps agités
Mettre en marche les universités .
Du côté des scientifiques .
L’Institut national polytechnique de Grenoble
L’UniversitĂ© scientifique et mĂ©dicale .
Une recherche partagée .
L’UniversitĂ© des sciences sociales .
Des tendances centrifuges .
Des « initiatives pĂ©dagogiques novatrices » .
Construire une recherche en sciences sociales .
L’UniversitĂ© des langues et lettres .
Traditions et innovations pédagogiques .
L’hĂ©tĂ©rogĂ©nĂ©itĂ© des structures de recherche .
Une mission partagĂ©e : la formation continue .

CHAPITRE 6. Les universitĂ©s Ă  l’heure de la contractualisation (1990-2016) .
Les Assises nationales de l’enseignement supĂ©rieur (26-29 juin 1990) .
Le renouvellement de la carte des formations .
La mise en œuvre des rĂ©formes nationales .
Promouvoir des formations professionnelles .
La formation professionnelle des enseignants : l’IUFM .
Des Ă©coles Ă  l’universitĂ© .
D’autres horizons pĂ©dagogiques .
Les nouveaux horizons de la recherche .
Des cadres institutionnels renouvelés .
Grands instruments, grands organismes .
Des terrains de la recherche .
De l’ADR aux filiales de valorisation .
De U2000 Ă  U3M : redessiner l’universitĂ© .
Un campus remodelé .
L’universitĂ© et l’agglomĂ©ration grenobloise .
Au-delĂ  de l’agglomĂ©ration grenobloise .
Vers l’UniversitĂ© Grenoble Alpes .
Les difficultés du changement .
Le Pôle européen universitaire et scientifique (GPEUS).
La création du PRES .
Une nouvelle université .

Première publication :
Mise en ligne le mardi 24 avril 2018

Article écrit par :
Alain Guyot



Haut de page | Accueil | Plan du site | Mentions légales | Administration ?