bandeau Aconit

Accueil > Publication > Chroniques


Pour nous écrire :





© 2002-2014 - Aconit




Google

Chronique : Mécanographie, les débuts de l’informatique.


Mécanographie à cartes perforées.

Le terme « informatique » désigne le traitement automatique de l’information. En ce sens, la date fondatrice de l’informatique est le recensement de 1890 au États-Unis réalisé grâce aux premières machines à carte perforée de H. Hollerith.

Cette technique de traitement de l’information par carte perforée prendra le nom de « mécanographie ».

Du milieu des années 30 jusqu’au début des années 50, le traitement de l’information à l’époque de la mécanographie à cartes perforées se déroulait en plusieurs étapes.

  • L’acquisition de l’information

La saisie de l’information s’effectuait principalement à partir de bordereaux de perforation manuscrits ou imprimés, sur des perforatrices qui perforaient des cartes et des vérificatrices qui testaient les perforations. Les données perforées pouvaient alors être imprimées en clair en haut des cartes sur une traductrice. On pouvait aussi saisir l’information sur les cartes en faisant des marques au crayon à oxydes métalliques, qui étaient ensuite magnétisées et lues sur un magnéto lecteur pour conversion en perforations. On pouvait enfin saisir l’information sur des cartes où les perforations étaient déjà prédécoupées.

Les fichiers cartes pouvaient être dupliqués et éventuellement reformatés sur une reproductrice.

Les personnels qui servaient ces machines s’appelaient des perfo-vérifs ou des opératrices de perforation encadrées par une monitrice de perforation.

  • La mise en forme de l’information

L’ordonnancement des informations pouvait être réalisé sur une trieuse qui exécutait des tris numériques ou alphanumériques suivant un ordre croissant ou décroissant. Les fichiers triés pouvaient ensuite être fusionnés de façon logique sur une interclasseuse.

Un prétraitement pouvait se faire sur une calculatrice qui effectuait des calculs à partir des données lues sur les cartes et les perforait sur les mêmes cartes.
Les techniciens qui servaient ces machines s’appelaient des mécanographes.

  • Le traitement de l’information

Le fichier cartes préparé précédemment, appelé lot, contenait dans un ordre séquentiel toutes les cartes nécessaires au traitement final. Il était lu sur une tabulatrice qui effectuait les opérations arithmétiques grâce à son calculateur mécanique intégré, imprimait les résultats ou perforait des cartes récapitulatives en vue d’un traitement ultérieur. L’enchaînement des différentes actions réalisées par la tabulatrice était commandé et contrôlé par des liaisons filaires, réalisées par un programmeur, sur un tableau de connexion amovible, véritable complément de câblage de la machine pour le traitement spécifique.

Les techniciens qui servaient cette machine s’appelaient des mécanographes ou des opérateurs.

Première publication :
Mise en ligne le mardi 20 août 2013

Article écrit par :
Maurice Geynet



Haut de page | Accueil | Plan du site | Mentions légales | Administration ?