bandeau Aconit

Accueil > Publication > Chroniques


Pour nous écrire :





© 2002-2014 - Aconit




Google

Chronique - Des souris et des hommes


Quelques réflexions sur l’évolution de ce petit animal qui a révolutionné notre relation avec l’ordinateur

Il est probablement inutile de rappeler que la première « souris » informatique a été inventée par Douglas Engelbart en 1967 ? Engelbart qui travaillait sur la relation homme-machine et les systèmes hypertextes voyait bien les applications futures, même si peu de machines de l’époque pouvait utiliser cet outil ! Tout ceci a été longuement rappelé dans les journaux à l’occasion de sa mort le 2 juillet.

Mais il y a peut être plus à dire sur l’évolution du produit…
La souris de D. Engelbart est une simple boite en bois contenant deux roues en métal et un seul bouton.

Pourquoi 2 roues : parce que l’une « roule » disons suivant le sens Nord-Sud, et l’autre dans le sens Est-Ouest, ou pour être un peu plus scientifique, disons l’une suivant l’axe des X et l’autre suivant l’axe des Y. Et la souris transmet à l’ordinateur deux informations donnant le chemin parcouru en X et en Y…

Disons très rapidement que la souris va être utilisée par le centre de recherche Xerox de Palo Alto. Tout l’interface graphique développé par Xerox va séduire Steve Jobs qui crée l’Apple Lisa (1983) et le Mac(1984) sur cette base. Et ce sont les premières applications grand public de la souris !

Le mécanisme a changé : ce ne sont plus 2 roues mais une bille en caoutchouc dur qui roule sous la souris. Cette bille fait elle-même tourner 2 petites molettes en X et en Y. Sur chacun de ces 2 axes on place une petite « roue codeuse » : une roue transparente avec des secteurs noirs et des secteurs transparents et une cellule photo-électrique compte le passage des secteurs en avant ou en arrière.

(Une question pour nos lecteurs : comment la souris sait-elle que la roue codeuse tourne dans un sens ou dans l’autre ? Pas de prix mais la meilleure réponse sera publiée !)

Ces souris n’avaient qu’un seul bouton, et Apple s’est longtemps maintenu au bouton unique. On comprenait pourquoi en regardant travailler un graphiste sur PhotoShop à l’époque ; une main tenait la souris et l’autre restait sur le clavier pour taper les nombreux codes de contrôles.

Et pourtant… la première souris « intelligente », c’est à dire comportant un micro-processeur incorporé est la Logitech C7. Cette souris se raccordait sans difficulté sur une prise interface série standard. Et elle avait 3 boutons ! Et non seulement elle avait 3 boutons mais on pouvait faire des codes en enfonçant simultanément 2 – ou 3 – boutons ! Mais c’était quand même limité, difficile à mémoriser : la technologie de la souris s’est maintenue mais pas le multi-codage des boutons !

Deux problèmes sont apparus à cette époque :

  • D’une part, un certain nombre de personnes ne pouvaient pas utiliser la souris : il n’y a avait pas assez de place sur leur bureau pour la faire rouler !
  • Plus sérieux, de savants pédagogues ont expliqué que les enfants ne pourraient jamais utiliser la souris, car leur cerveau ne saurait pas faire le lien entre le déplacement horizontal de l’objet et le déplacement vertical du pointeur sur l’écran… Les enfants ne connaissaient pas cette théorie et se sont emparés de l’outil !

Il y eut cependant des développements assez intéressants de « boules de pointage ». Cela revient à « retourner » la souris : on a sur le dessus une grosse boule que l’on tourne dans tous les sens, en dessous les mêmes roues codeuses font leur travail. Ce type de boule est réapparu avec les logiciels 3D : La Spaceball IBM permet à l’utilisateur de « faire tourner » un objet dans l’espace de façon intuitive.

Et un jour les utilisateurs n’ont plus supporté d’avoir des souris qui « roulaient carré », d’avoir à nettoyer les billes et les axes internes, et on a inventé la souris optique. Le principe est simple une petite lampe sous la souris éclaire la table et une (très mini…) caméra mesure les déplacements suivant 2 axes. Mais la réalisation était complexe et les premières souris de ce type ne savaient « courir » que sur un plaque quadrillée noir et blanc !

Et il a fallu plusieurs longues années pour arriver à la précision des souris actuelles…

Aujourd’hui : ce sont les « pad » sensibles des ordinateurs portables, les souris à dos sensible d’Apple, les souris Gyration Air de la société grenobloises Movéa… Mais vous connaissez tout cela. Alors, maintenant inventez les outils de pointage du futur !

Première publication :
Mise en ligne le mercredi 17 juillet 2013

Article écrit par :
Philippe Denoyelle



Haut de page | Accueil | Plan du site | Mentions légales | Administration ?