bandeau Aconit

Accueil > Publication


Pour nous écrire :





© 2002-2014 - Aconit




Google

Le roman de l’université - Grenoble 1339-2016


Que serait la ville de Grenoble sans son université ? C’est aujourd’hui l’une des dix plus importantes en France : la cinquième en nombre d’étudiants (65 000). Elle est labellisée initiative d’excellence (IDEX) depuis 2016. Mais connaît-on bien son histoire ? Comment en est-elle arrivée à ce statut d’université d’excellence ?


Sur les bases d’un travail historique, de la consultation d’archives et documents d’époque et de nombreuses interviews, René Favier, professeur émérite d’histoire à l’université Grenoble-Alpes, remonte le temps pour conter l’histoire de son université depuis sa création (en 1339 par une bulle pontificale) jusqu’à nos jours.
Des rebondissements multiples et étonnants émaillent cette aventure singulière : lutte régionale pour la maîtrise des diplômes, rivalités entre professeurs, résistances au changement, mais aussi génie et clairvoyance de grands chercheurs qui ont construit pierre après pierre ce qui fait la réputation d’excellence de l’université, et au-delà, de la ville de Grenoble.
Concernant l’informatique, science toute récente, l’auteur cite le bâtiment IMAG (page 289) comme un « lieu de mémoire », grâce à l’exposition d’ordinateurs anciens d’ACONIT.

Table des matières

CHAPITRE 1. Aux origines de l’université de Grenoble.
Une université en pointillé.
Humbert II et la création de l’université de Grenoble (1339).
Recréation et suppression de l’université de Grenoble (1542-1565).
Rétablir l’université de Grenoble au XVIIIe siècle ? .
Une singularité : une ville de parlement sans université aux XVIIe et XVIIIe siècles
Les bonnes raisons d’un transfert .
Les raisons d’un échec .
Une solution alternative : l’essor de cours privé.

CHAPITRE 2. Le temps des facultés .
La restauration de l’enseignement universitaire .
Le cadre réglementaire .
L’école de droit de Grenoble .
L’Université impériale et les facultés grenobloises
Menace sur les facultés .
Enseigner dans les facultés grenobloises au XIXe siècle .
Les locaux de l’université .
Les facultés face à leurs obligations d’enseignement .
Et la recherche .
La IIIe République et la recréation de l’université de Grenoble .
Un profond renouvellement de l’activité pédagogique et scientifique .
Nouveaux locaux : palais des Facultés et école de médecine.
« Grenoble sera-t-il toujours malheureux parce qu’il est son voisin ? » .
La re-création de l’université de Grenoble (1896) .

CHAPITRE 3. Université et territoire
Innover à l’université de Grenoble (fin XIXe - début XXe siècle)
Promouvoir et soutenir l’université.
La faculté de droit .
La faculté des lettres .
La faculté des sciences .
L’école préparatoire de médecine et de pharmacie .
Explosion des effectifs et dispersion spatiale .
De nouveaux étudiants .
La dispersion spatiale .
Les universitaires dans la cité .
Un tout petit monde .
Les universitaires et les enjeux économiques et sociaux .
Commémorer l’université .

CHAPITRE 4. « Les vingt-cinq glorieuses »
Le développement d’un pôle de recherche scientifique .
Un écosystème grenoblois .
Louis Néel et l’essor de la physique à Grenoble (1945-1955)
L’installation du CENG à Grenoble (1955-1958) .
Au-delà de la physique .
Vers une université de masse .
Mutations facultaires et enseignements nouveaux
Une nouvelle faculté : médecine et pharmacie .
L’ouverture vers de nouveaux publics .
Louis Weil et la création du campus .
Tensions sur les bâtiments .
Les premières réalisations .
1968 et la partition universitaire .
1968 : un printemps à Grenoble .
Facultés et écoles face aux évènements de mai .
Un nouveau paysage universitaire .

CHAPITRE 5. Construire des universités nouvelles .
Les universités dans la tourmente .
Après 1968, des printemps agités
Mettre en marche les universités .
Du côté des scientifiques .
L’Institut national polytechnique de Grenoble
L’Université scientifique et médicale .
Une recherche partagée .
L’Université des sciences sociales .
Des tendances centrifuges .
Des « initiatives pédagogiques novatrices » .
Construire une recherche en sciences sociales .
L’Université des langues et lettres .
Traditions et innovations pédagogiques .
L’hétérogénéité des structures de recherche .
Une mission partagée : la formation continue .

CHAPITRE 6. Les universités à l’heure de la contractualisation (1990-2016) .
Les Assises nationales de l’enseignement supérieur (26-29 juin 1990) .
Le renouvellement de la carte des formations .
La mise en œuvre des réformes nationales .
Promouvoir des formations professionnelles .
La formation professionnelle des enseignants : l’IUFM .
Des écoles à l’université .
D’autres horizons pédagogiques .
Les nouveaux horizons de la recherche .
Des cadres institutionnels renouvelés .
Grands instruments, grands organismes .
Des terrains de la recherche .
De l’ADR aux filiales de valorisation .
De U2000 à U3M : redessiner l’université .
Un campus remodelé .
L’université et l’agglomération grenobloise .
Au-delà de l’agglomération grenobloise .
Vers l’Université Grenoble Alpes .
Les difficultés du changement .
Le Pôle européen universitaire et scientifique (GPEUS).
La création du PRES .
Une nouvelle université .

Première publication :
Mise en ligne le mardi 24 avril 2018

Article écrit par :
Alain Guyot



Haut de page | Accueil | Plan du site | Mentions légales | Administration ?