bandeau Aconit

Accueil > Histoire > Les techniques


Multilingual access to ACONIT through Multilingual access to aconit
Pour nous ťcrire :





© 2002-2014 - Aconit


Google

Les premières liaisons optiques


Il y a 30 ans : √©tablissement de communications par fibres optiques au Polygone Scientifique de Grenoble...

Par Maurice Geynet ex-Responsable Technique du Service de Calcul Commun ISN-CNRS

Introduction

Qu’est-ce qu’une fibre optique ? C’est un fil de verre ou de plastique de tr√®s faible diam√®tre dans lequel un faisceau lumineux peut se propager comme dans un tube. Le signal lumineux peut transporter une quantit√© d’informations beaucoup plus grande que dans n’importe quel autre moyen de transmission.
L’√©metteur de lumi√®re est obligatoirement une source coh√©rente (laser ou LED).

Il y a 40 ans : la premi√®re liaison optique aux USA

La première liaison par fibre optique dans un réseau téléphonique a été installée en mai 1977 dans la ville de Chicago, par la société ATT (American Telephone and Telegraph Company), offrant un débit de 45 mégabits par seconde (Mbits/s).

La soci√©t√© Codenoll cr√©√©e en 1980 a √©t√© une pionni√®re dans la commercialisation d’√©quipements optiques pour r√©seau de transmission num√©rique.

http://www.dbasinc.com/products/index.html

Les liaisons optiques installées au Polygone en 1987, utilisaient des étoiles passives Codenoll Codestar CS 2008 à 8 ports.

Il y a 30 ans : √©tablissement de communications par fibres optiques au Polygone Scientifique de Grenoble

Au d√©but de l’ann√©e 1987, dans le cadre du service de calcul commun ISN - CNRS situ√© √† l’ISN (Institut des Sciences Nucl√©aires), nous avons install√© la premi√®re liaison optique entre le laboratoire de Rayons X du CNRS et le b√Ętiment du service, avec des fibres monomodes [1], de diam√®tres 100 microns pour le cœur et 140 microns pour la gaine, d√©bit d’information 10 /100 Mbits/s.

A la fin de l’ann√©e 1987, nous avons install√© la premi√®re √©toile optique passive √† l’ISN pour raccorder le b√Ętiment principal avec des fibres multi modes [2] 50*125 microns.

Ensuite fin 1989 (dans le cadre du d√©ploiement du r√©seau Grenet au Polygone) nous avons install√© deux √©toiles optiques passives [3] au CNRS :

  • l’une pour raccorder les autres laboratoires
  • l’autre pour raccorder l’ENSERG (Ecole Nationale Sup√©rieure de Radio√©lectricit√© de Grenoble), la plateforme de Coriolis et ult√©rieurement les autres Instituts du Polygone.

Enfin nous avons raccord√© l’acc√©l√©rateur de particules SARA situ√© √† l’ISN.

Au total ce furent install√©s : 

  •  2000 m de fibres optiques
  •  3 ponts filtrants [4]
  • 9 r√©p√©teurs Multiconnect [5]
  • 10 serveurs de terminaux [6]

Une bonne partie de ces fibres optiques est encore utilisée actuellement.

Pour plus d’information voir l’article intitul√© "Le r√©seau Ethernet au Polygone" page 10 dans le bulletin de l’association num√©ro 13.

Choix de la fibre optique

Le choix initial de la fibre optique pour r√©aliser un r√©seau Ethernet √©tendu performant a √©t√© dict√© eu √©gard aux limitations impos√©es par le gros c√Ęble coaxial (longueur d’un segment inf√©rieur ou √©gal √† 512 m, d√©bit d’information inf√©rieur ou √©gal √† 10 Mbits/s).

Ce support d’information est en passe de se g√©n√©raliser en France pour toutes les liaisons informatiques √† l’horizon 2022.

Première publication :
Mise en ligne le dimanche 2 avril 2017

Article écrit par :
Maurice Geynet



Haut de page | Accueil | Plan du site | Mentions lťgales | Administration ?