bandeau Aconit

Accueil > Publication > Chroniques


Multilingual access to ACONIT through Multilingual access to aconit
Pour nous écrire :





© 2002-2014 - Aconit


Google

Chronique - Des souris et des hommes


Quelques r√©flexions sur l’√©volution de ce petit animal qui a r√©volutionn√© notre relation avec l’ordinateur

Il est probablement inutile de rappeler que la premi√®re « souris » informatique a √©t√© invent√©e par Douglas Engelbart en 1967 ? Engelbart qui travaillait sur la relation homme-machine et les syst√®mes hypertextes voyait bien les applications futures, m√™me si peu de machines de l’√©poque pouvait utiliser cet outil ! Tout ceci a √©t√© longuement rappel√© dans les journaux √† l’occasion de sa mort le 2 juillet.

Mais il y a peut √™tre plus √† dire sur l’√©volution du produit…
La souris de D. Engelbart est une simple boite en bois contenant deux roues en métal et un seul bouton.

Pourquoi 2 roues : parce que l’une « roule » disons suivant le sens Nord-Sud, et l’autre dans le sens Est-Ouest, ou pour √™tre un peu plus scientifique, disons l’une suivant l’axe des X et l’autre suivant l’axe des Y. Et la souris transmet √† l’ordinateur deux informations donnant le chemin parcouru en X et en Y…

Disons tr√®s rapidement que la souris va √™tre utilis√©e par le centre de recherche Xerox de Palo Alto. Tout l’interface graphique d√©velopp√© par Xerox va s√©duire Steve Jobs qui cr√©e l’Apple Lisa (1983) et le Mac(1984) sur cette base. Et ce sont les premi√®res applications grand public de la souris !

Le m√©canisme a chang√© : ce ne sont plus 2 roues mais une bille en caoutchouc dur qui roule sous la souris. Cette bille fait elle-m√™me tourner 2 petites molettes en X et en Y. Sur chacun de ces 2 axes on place une petite « roue codeuse » : une roue transparente avec des secteurs noirs et des secteurs transparents et une cellule photo-√©lectrique compte le passage des secteurs en avant ou en arri√®re.

(Une question pour nos lecteurs : comment la souris sait-elle que la roue codeuse tourne dans un sens ou dans l’autre ? Pas de prix mais la meilleure r√©ponse sera publi√©e !)

Ces souris n’avaient qu’un seul bouton, et Apple s’est longtemps maintenu au bouton unique. On comprenait pourquoi en regardant travailler un graphiste sur PhotoShop √† l’√©poque ; une main tenait la souris et l’autre restait sur le clavier pour taper les nombreux codes de contr√īles.

Et pourtant… la premi√®re souris « intelligente », c’est √† dire comportant un micro-processeur incorpor√© est la Logitech C7. Cette souris se raccordait sans difficult√© sur une prise interface s√©rie standard. Et elle avait 3 boutons ! Et non seulement elle avait 3 boutons mais on pouvait faire des codes en enfon√ßant simultan√©ment 2 – ou 3 – boutons ! Mais c’√©tait quand m√™me limit√©, difficile √† m√©moriser : la technologie de la souris s’est maintenue mais pas le multi-codage des boutons !

Deux probl√®mes sont apparus √† cette √©poque :

  • D’une part, un certain nombre de personnes ne pouvaient pas utiliser la souris : il n’y a avait pas assez de place sur leur bureau pour la faire rouler !
  • Plus s√©rieux, de savants p√©dagogues ont expliqu√© que les enfants ne pourraient jamais utiliser la souris, car leur cerveau ne saurait pas faire le lien entre le d√©placement horizontal de l’objet et le d√©placement vertical du pointeur sur l’√©cran… Les enfants ne connaissaient pas cette th√©orie et se sont empar√©s de l’outil !

Il y eut cependant des d√©veloppements assez int√©ressants de « boules de pointage ». Cela revient √† « retourner » la souris : on a sur le dessus une grosse boule que l’on tourne dans tous les sens, en dessous les m√™mes roues codeuses font leur travail. Ce type de boule est r√©apparu avec les logiciels 3D : La Spaceball IBM permet √† l’utilisateur de « faire tourner » un objet dans l’espace de fa√ßon intuitive.

Et un jour les utilisateurs n’ont plus support√© d’avoir des souris qui « roulaient carr√© », d’avoir √† nettoyer les billes et les axes internes, et on a invent√© la souris optique. Le principe est simple une petite lampe sous la souris √©claire la table et une (tr√®s mini…) cam√©ra mesure les d√©placements suivant 2 axes. Mais la r√©alisation √©tait complexe et les premi√®res souris de ce type ne savaient « courir » que sur un plaque quadrill√©e noir et blanc !

Et il a fallu plusieurs longues ann√©es pour arriver √† la pr√©cision des souris actuelles…

Aujourd’hui : ce sont les « pad » sensibles des ordinateurs portables, les souris √† dos sensible d’Apple, les souris Gyration Air de la soci√©t√© grenobloises Mov√©a… Mais vous connaissez tout cela. Alors, maintenant inventez les outils de pointage du futur !

Première publication :
Mise en ligne le mercredi 17 juillet 2013

Article écrit par :
Philippe Denoyelle



Haut de page | Accueil | Plan du site | Mentions légales | Administration ?